Que penser de Maria Valtorta ? Vraie ou fausse mystique ?

Maria Valtorta en 1943.

Par Fabrice Gagnant


Maria Valtorta était une laïque italienne membre d’une communauté catholique : le tiers-ordre des Servites de Marie. Elle est connue pour avoir rédigé plus de 13.000 pages manuscrites entre 1943 à 1954, alors qu’elle était alitée et paralysée (à l’exception de sa tête et de ses bras), mais aussi sujette à de très grandes souffrances. Elle dit avoir rédigé ces pages seule, sur la base de centaines de visions et de dictées surnaturelles. Dans le cas de Maria Valtorta, il ne s’agit pas d’« écriture automatique » puisque, pleinement consciente, elle décrit avec ses mots ce qu’elle voit.

652 visions s’étendent de l’enfance de la Vierge Marie et à l’enfance de son Fils, puis de la vie publique de Jésus à la Pentecôte. Compilées sous le titre L’Évangile tel qu’il m’a été révélé, elles composent la plus volumineuse biographie de Jésus écrite à ce jour. Quant aux dictées, elles concernent principalement des enseignements (sur la foi, sur des textes religieux, sur la vie de l’Église).

Le but de cet article n’est pas tant de vous dire ce que vous devez penser, que de vous partager des clés pour discerner.

Intriguées, beaucoup de personnes entendant parler de Maria Valtorta pour la première fois se rendent sur sa page Wikipédia pour en savoir davantage. Là, elles tombent sur une brève biographie et une condamnation catégorique : le Saint-Office a interdit et mis à l’Index son œuvre principale et le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le cardinal Joseph Ratzinger (futur pape Benoît XVI), a rejeté son « origine surnaturelle » et l’a considérée comme dangereuse pour « les fidèles les plus naïfs ». En somme, Maria Valtorta est une fausse mystique ; circulez, il n’y a rien à voir.

Après avoir lu cette page, la plupart des laïcs, prêtres, évêques et non catholiques classent l’affaire en y apposant les tampons « rejeté » et « dangereux », et ne souhaiteront jamais lire ne serait-ce qu’une seule de ces visions pour s’épargner perte de temps et mauvaise influence. Chose parfaitement légitime dans un contexte où foisonnent les fausses théories.

Sauf que… vous venez de vous vous faire avoir comme un bleu !

Lire la suite...

Les articles les plus consultés sur ce site :