Bagnères-de-Bigorre - Lundi 5 novembre à 20h30 - Conférence sur Maria Valtorta par Bruno Perrinet - accueil Notre -Dame, 24 rue Gambetta (contact glatecor65@free.fr).

Lyon - Samedi 17 novembre à 14h00 - Conférence sur Maria Valtorta par Bruno Perrinet - Salle Saint Joseph (en dessous de l'église de la Sainte Trinité) (contact claude.zweig@gmail.com).

Toulon - Samedi 26 novembre à 14h30 - Conférence sur Maria Valtorta par Bruno Perrinet - La Castille, Route de Farlède, 83260 La Crau (contact jeanclaude.gaidry@sfr.fr).
_____________________________________________

Le baptême expliqué par Jésus à Maria Valtorta

Synthèse de Jean-Marie David.

Les citations avec les références de type : (1235-1239,1241,1243) ou (1240) proviennent de la version originale italienne de « L’Évangile tel qu’il m’a été révélé » donné par Jésus à Maria Valtorta.
© Centre Editoriale Valtortiano


Qu’est-ce que le Baptême ?

Le baptême est le premier des Sacrements, le premier acte de la vie chrétienne.
Il libère de l’état de péché originel, nous régénère comme fils de Dieu, et nous fait entrer dans la communauté chrétienne. (1213)
Avant Jésus-Christ, le Baptême était un symbole ; avec Jésus, il est devenu Sacrement, action de Dieu.

Pourquoi faut-il être baptisé ?

Jean-Baptiste disait : « Moi je vous baptise d’eau pour vous amener à la repentance ; mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu. » (Mt 3 :11 ; Mc 1 :8 ; Lc 3 :16)
Jésus a confirmé ces paroles dans ces termes : « car Jean a baptisé d’eau, mais vous, dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint-Esprit. » (Ac 1 :5)
Saint Pierre déclarait à la foule, au jour de la Pentecôte : « Convertissez-vous et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le Saint-Esprit. » (Ac 2 :38)
L’effusion de l’Esprit est comme un baptême de feu, puisque l’Esprit est Amour et que l’amour annule les fautes. (Rom 5 :5 ; 1Co 6 :11 ; 12 :13 ; Hé 10 :22)
Jésus a dit : « En vérité, en vérité je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. »
(Jn 3 :5)
Jésus-Christ, Tout-Puissant et innocent, a Lui-même demandé le baptême, pour partager la condition des pécheurs. (Mt 3 :13-17 ; Mc 1 :9-11 ; Lc 3 :21-22 ; Ph 2 :7)
Et après sa résurrection, Il a dit : « Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit ». (Mt 28 :19)

Comment procède-t-on pour le Baptême ?

La liturgie comprend plusieurs gestes tels l’imposition des mains, le signe de croix, l’annonce de la Parole de Dieu, la renonciation au démon, la profession de foi, le rite essentiel du triple versement de l’eau baptismale, l’onction d’huile sainte, et la remise du vêtement blanc et du cierge allumé. (1235-1239, 1241,1243)
Le rite exige aussi que celui qui donne le baptême le fasse au nom de la Trinité, en disant : « Je te baptise au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit ». (1240)
Doit-il être donné seulement par un prêtre ?

Un diacre aussi est consacré comme ministre ordinaire du Baptême, et toute personne bien intentionnée peut y procéder en certains cas d’urgence. (1256)
Le prêtre est membre de l’Église du Christ, consacré à son service ; il a accepté la mission de continuer Jésus-Christ, d’absoudre en Son nom, de consacrer le Pain et le Vin, d’administrer les Sacrements.
C’est toujours Dieu Lui-même qui parle par les lèvres de ses serviteurs, ou agit par leur intermédiaire, aux heures de leur ministère. (Mt 18 :18 ; Jn 20 :23) (1088)
L’eau du baptême est un moyen matériel qui ne peut toucher une entité spirituelle comme l’âme. Ce n’est pas tant l’eau, mais la parole du prêtre, qui opère le miracle de la rédemption de la faute d’origine chez le baptisé.

Quels sont les effets du Sacrement de Baptême ?

Dieu exprimait par la voix du prophète Ézéchiel vers 575 avant Jésus-Christ :
« Je répandrai sur vous une eau pure et vous serez purifiés ; je vous purifierai de toutes vos souillures et de toutes vos idoles. Je vous donnerai un cœur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau. »
(Ez 36 :25-26)
La Bible enseigne que le premier couple humain voyait Dieu et avait la grâce en abondance. Adam et Ève ont quand même voulu pécher, transmettant ainsi une tache originelle à l’âme de tous leurs descendants. (Gen 3) (403,404)
Jésus a institué le Sacrement du Baptême qui efface dans les âmes la Faute d’Origine et tous les péchés, y infusant la Grâce et les saintes Vertus. L’Esprit Saint peut descendre faire sa demeure dans les temples consacrés que sont les corps des hommes vivant dans la Grâce du Seigneur. (1Co 6 :11 ; 12 :13)
Le baptême répond aussi à la volonté de l’âme, de redevenir pure pour le banquet de Dieu.
Le baptême de St-Jean-Baptiste était un symbole de purification, qui voulait dire : « Purifiez-vous de l’orgueil, humiliez-vous en vous avouant pécheurs ». Le baptême chrétien n’est pas seulement un symbole, mais une purification véritable de la tache d’origine. Il restitue à l’âme du baptisé l’état spirituel d’Adam et Ève avant leur Faute, encore augmenté par les mérites de l’Homme-Dieu. (Ro 6 :3-4)
Il imprime un signe indélébile sur la partie immortelle du baptisé. Cette marque n'est effacée par aucun péché, même si le péché peut empêcher le Baptême de porter des fruits de salut. (1272)

La grâce est, pour l’âme, sa reine revenue ; elle est sa respiration qui lui donne la Vie, le pouvoir de savoir, et celui d’agir de façon à croître dans le bien. (cf 1999, 2003)

Pourquoi le baptême n’empêche-t-il pas de pécher à nouveau ?

Il existe toujours une « complicité originelle » inconsciente de l’esprit avec le péché, même chez la plus sainte âme.
Le baptême libère l’âme, mais il ne lui rend pas la virginité totale des premiers parents avant la Faute. Une cicatrice persiste sur l’âme, une inclination au péché appelée concupiscence, qui peut toujours ramener une plaie, comme certaines maladies dont les virus redeviennent actifs périodiquement.
(cf 405, 978)
C’est parce que nous ne lui opposons pas la volonté constante d’appartenir à Dieu, qu’elle réussit de nouveau à nous contaminer, avec des venins que le baptême avait rendu inoffensifs.
Les ténèbres du monde entourent continuellement l’esprit humain. Elles réveillent la blessure que le Sacrement avait effacée. Une inclination au péché demeure dans les baptisés, pour qu’ils fassent leurs preuves dans le combat de la vie chrétienne, étant aidés par la grâce. (1426) Mais elle ne peut nuire à ceux qui n’y consentent pas, résistant avec courage par la grâce du Christ.
Dans les deux cas, Dieu tire du bien de la situation. Il permet à ses enfants qui combattent ou résistent, d’acquérir des mérites à Ses yeux, pour leur gloire éternelle. (1264, 2008, 2009)
Les hommes naîtront toujours impurs dans leur âme que Dieu a créée, et que l’hérédité d’Adam a tachée. Mais au baptême, l’âme infusée dans l’homme est de nouveau vivifiée par la Grâce, et l’Esprit-Saint en reprend possession. (cf 1265, 1266)
Qu'arrive-t-il à ceux qui ne sont pas baptisés ?

Puisque nous sommes tous créés par Dieu, pourquoi dit-on que le baptême nous rend enfants de Dieu ?

Tous sont enfants de Dieu par la création, mais seuls les baptisés le sont par la Grâce. (1257)
Toutes les âmes m’appartiennent, dit le Seigneur, l’âme du fils comme l’âme du père, l’une et l’autre sont à moi ; l’âme qui pèche, c’est celle qui mourra. (Ez 18 :3-4,21)
L’âme est l’essence spirituelle de l’homme. Elle est immortelle, comme Dieu qui l’a créée. (363, 366)
Il n’y a pas de différentes âmes créées par différents dieux. Il n’y a qu’une seule Force qui crée les âmes : et c’est celle du Créateur, Unique, Puissant, Saint, Bon, sans autre passion que l’amour, la charité parfaite, toute spirituelle. (355)

Tout être humain appartient à la famille de Dieu. En chacun, il y a le sang de Dieu, c’est-à-dire l’âme. L’homme est donc éternel, puissant, saint, par l’âme qui est en lui. Celle-ci reste vivante tant qu’elle est unie à Dieu qui lui donne Son image et Sa ressemblance, et le signe indiscutable de sa Paternité très Sainte. (356, 357)
Émanant des qualités de Celui qui l’a créée, l’âme est donc intelligente, spirituelle, libre, immortelle, comme son Créateur.
Baptisés ou non, les hommes et femmes vertueux de tous pays « sentent » la Vérité : leur esprit en a des souvenirs spontanés. L’esprit humain possède la faculté de se souvenir de son Père. Cette faculté se développe par la vertu, qui rend de plus en plus mince tout ce qui s’interpose entre l’âme et Dieu.
Dieu, qui est juste, récompensera davantage ses enfants païens, mais sans faute, pour le bien qu’ils auront fait, qu’un baptisé souillé d’une faute grave. (846) Il ne repousse pas l’offrande de ses enfants vertueux, mais non-baptisés. (847)
L’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’être associé au mystère Pascal. Tout homme qui ignore l’Évangile du Christ et son Église, mais cherche la vérité et fait la volonté de Dieu selon qu’il la connaît, peut être sauvé. (1260)
Jésus est venu apporter la Bonne Nouvelle du Salut à tous les hommes. Il a dit : « Celui qui n’est pas contre nous est pour nous. (Mc 9 :40) Faites des disciples. Allez à toutes les nations, jusqu’aux confins du monde. Prêchez la Bonne Nouvelle à toute la création. » (Mt 28 :19 ; Mc 16 :15)

Sondage - Selon vous les écrits de Maria Valtorta sont :

Les articles les plus consultés sur ce site :