Pourquoi soutenir la diffusion de l’oeuvre de Maria Valtorta ?

Le 16 août 1945, dans les cahiers de 1945 à 1950,
Jésus dit à Maria Valtorta :
« Quand j’entends cette phrase hypocrite et absurde: "Si c’est l’œuvre de Dieu, Dieu s’en occupera et la fera triompher" qui est un défi à la charité, à la sagesse, à la justice ainsi qu’un écran pour cacher leur volonté contraire, si audacieusement, si orgueilleusement et même si lâchement opposée à la mienne, je voudrais dans un sursaut de sainte colère descendre sur terre et réitérer le geste par lequel j’ai débarrassé le temple de ses changeurs, voleurs et marchands. C’est ce que je devrais faire. Mais je suis la Miséricorde, et je le resterai aussi longtemps que l’homme sera sur la terre. J’attends leur conversion aussi longtemps qu’il leur reste un souffle. (...) Que devrais-je faire pour m’occuper de l'œuvre et la faire triompher? (...) Par ton intermédiaire, j'ai donné toutes les preuves. (...) Mais pour ne pas se dire rebelles par orgueil humain, pour dissimuler ces plaies en eux, ils disent: "Cela regarde dieu.″ dieu a agi et agit encore. Mais le prince du monde domine dans ce monde tandis que le Roi des rois règne au ciel et, fidèle — lui, au moins, il est fidèle — au libre arbitre qu’il a laissé à l’homme pour son épreuve, sa récompense ou bien souvent sa condamnation; il ne fait pas violence à leur volonté. il les attend, et vite, au jugement. (...) Puisqu’ils veulent être fils de la Vérité, qu’ils se taisent à ce sujet ou qu’ils disent la vérité: "Jésus ne peut triompher grâce à l'œuvre parce que les hommes ne le veulent pas.″ (...) Préviens-les tous, laïcs et prêtres (mon Père S.), afin qu’ils ne me causent pas cette peine. Quelle douleur! Quelle souffrance ! Voir, moi qui suis Dieu, ma volonté foulée aux pieds par les hommes et me voir incompris au point de m’entendre dire: "C’est à lui de s’en occuper" !
Personne ne réfléchit-il au fait que cette phrase "si c’est l’œuvre de dieu, c’est à lui de s’en occuper" est la preuve qu’ils doutent qu’elle soit de dieu, ce en quoi ils m’offensent ? (...) Maria, viens à moi, ici. Pleurons ensemble. depuis la création des anges et de l’homme, combien d’œuvres parfaites de dieu furent méprisées ou gaspillées par les hommes! Si elles n’ont pas triomphé, serait-ce parce qu’elles ne venaient pas de dieu? Au contraire, c’est précisément parce qu’elles venaient de dieu qu’elles furent foulées aux pieds. Je t’affirme que c’est vrai. »

Sondage - Selon vous les écrits de Maria Valtorta sont :

Les articles les plus consultés sur ce site :